Ceci est un grand fourre-tout

Je n'ai plus le droit de dire "Bonjour"

J’étais dans les bras de David. Un rouquin est passé près de nous, et ce rouquin je l’ai jadis aimé. Je lui ai fait la bise, il a serré la main de mon fiancé et s’en ai allé. Il y a quelques mois, il aurait sûrement craché à la figure de mon chéri, avant de le démolir. Il y a quelques mois, il avait été fou de rage de me voir avec David après que j’eus rompu, il en était arrivé à le menacer sérieusement. Il y a quelques mois, ça avait été la guerre et moi j’avais pour mission de ramener la paix dans le chaos que j’avais provoqué.
A présent, les choses vont assez bien pour qu’ils se saluent et moi je ne peux que l’observer de loin… Sans aucun désir de revenir à ce qui était entre nous, j’aurais voulu avoir un ami. Maintenant, je ne peux que le regarder et penser à lui, parce qu’il me plaît. Chez lui le plus repoussant avait été sa puanteur, et c’est toujours le cas, mais il avait tout de même tout pour me plaire. David ne se doute bien sûr de rien, tout le monde est même persuader que je n’ai jamais aimé ce lui qui fut mon rouquin métaleux.

Après ça j’étais en retard alors j’ai vite quitté David avant de courir et je ne l’ai revu que deux heures plus tard.

"Alors comment va la traîtresse?"

Il rigolait alors je n’ai pas relevé, je croyais à une plaisanterie. Nous avons couru sous la pluie, nous nous sommes embrassés et j’ai dû partir. Plus tard, un message de lui me parut froid et distant, lorsque je le questionnai, il me reprocha immédiatement ma conduite du jour. J’étais sidérée. J’avais salué quelqu’un qui ne m’avait jamais voulu que du bien et qui avait toujours été gentil et bon avec moi. Je n’avais rien fais de mal, j’avais été polie.
Pendant notre dispute, lâche dispute puisqu’il ne m’insultais que par écrit n’ayant pas le courage de venir me confronter, je n’avais qu’une seule envie : écrire à Peter. David était un enfant. Peter était un homme. Penser à lui me faisait du bien. J’avais envie de lui écrire une longue lettre d’amour enflammée, de m’enfuir, d’aller le rejoindre, de le supplier de m’arracher à ma vie… Je pensais à tout cela et j’ai calmé les choses avec David, j’ai forcé notre réconciliation en me disant qu’écrire à Peter par simple colère envers mon fiancé ce serait trop dégueulasse pour moi. Peter devrait attendre pour avoir de mes nouvelles me disais-je alors, mais le destin, une énième fois dans notre cas, provoqua les choses : Peter devait attendre ? Pas moi ! Alors que mon fiancé s’endort, un message de mon amoureux est arrivé.