Ceci est un grand fourre-tout

L'expression de ma féminité.

J’ai fais un rêve très étrange ce matin. Je portais une robe avec mes Doc’s noires. Mes cheveux étaient coiffés. J’avais cessé de dénigrer mon apparence, ou du moins j’avais pris le temps de m’en occuper, et soudain j’avais retrouvé cette même confiance en-moi qui m’animait lors de mon été en France, celle-là même qui attirait le regard d’autrui et me faisait me sentir belle, celle-là même qui avait tant plût à Peter.

Vendredi, David et moi on s’est réconciliés sur l’oreiller. Ça faisait longtemps qu’on avait pas fait l’amour ensemble et ça nous a été extrêmement bénéfique. Après les hauts et les bas de ces dernières semaines, on en était arrivés à ne plus se supporter, mais suite à notre petit moment à deux c’était comme si l’amour renaissait entre nous. C’était agréable qu’on soit à nouveau sincère comme avant l’un envers l’autre.

David me regarde à nouveau comme avant et moi je ne fuis plus sous regard. Je me sens un peu plus belle mais pas comme je le voudrais. Quand je me regarde dans la glace, quelque chose me choque dans mon regard, une sorte de lassitude, un spectre qui en voilerait l’éclat. Il n’y a plus rien de désirable dans mon regard, et le regard c’est la clé ! Combien d’homme ai-je charmé en usant que de mon regard ? Mais quelque chose a disparu je crois… Ma passion ! Je n’ai plus envie de rien, je suis blasée.

Peter ne m’a pas écrite depuis plus de deux semaines. J’hésite à lui envoyer un mail mais j’ai peur qu’il réagisse mal. Peut-être ne veut-il plus correspondre avec moi. Peut-être espère-t-il que je l’oublie.

Je me suis remise à regarder des films. Ça m’aide énormément. Je me forge une culture et un avis critique et en prime je dors mieux le soir.
Je rêve.
Je rêve que je suis une jeune nymphette consciente de son pouvoir sur un homme et s’en sers avidement.
Je rêve d’épouser un malfrat et de mourir avec lui.
Je rêve de partir loin, de partir à l’aventure avec un inconnu qui me supplierait de le suivre.
Je rêve de quitter l’école, d’être bonne à tout faire le jour et maîtresse d’un musicien le soir.
Je rêve de partir en cavale pour je ne sais quelle raison, d’être amoureuse à en crever, et de vivre Nom de Dieu!
Je m’imagine déjà actrice, auteure, comédienne, réalisatrice, scénariste, ... artiste quoi...
Je m’imagine souvent, fumant une cigarette, vêtue d’un col roulé noir et d’une jupe en simili' au dessus de bas opaques, dévoilant sensuellement un bout de mon porte-jarretelle.

Je rêve, j’imagine, je pense à, ... et pendant ce temps là je dénigre la réalité. La réalité et moi ça fait deux. On est pas faites pour s’entendre.
La réalité c’est moche, c’est gris, c’est froid et ça manque d’originalité surtout ! Si Dieu existe, il est le pire scénariste qui soit ! La réalité ne me surprend plus. Plus rien ici ne m’attire ou n’attise mon regard.

Je crois que je dépéris.