Ceci est un grand fourre-tout https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/ Je trouve ma vie passionnante. Vraiment. Il se passe trop de chose pour moi. Et j'aime écrire. Parfois j'ai envie d'écrire sur ma vie, sans pour autant que tout soit liés ou qu'il ait une logique, ou qu'on puisse comprendre, ou que je doive me justifier. J'écris c'est tout. J'écris ce qui me vient. Ceci est donc mon fourre-tout. Des récits de ma vie. Des extraits. Pas de fil rouge. Pas, non-plus, de parution régulière. fr 2015-11-27T17:02:00+01:00 https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/Flamboyant Flamboyant Décembre est à ma porte. Le rouge des letchis mûrs se mariera à celui des fleurs de flamboyant et les températures monteront jusqu'à des nombres vertigineux qui inspireront sensualité et passion aux réunionnais. Les femmes seront belles dans leur tenus légères aux couleurs chatoyantes, les hommes exhiberont leur musculature sous des marcels moulants ou torses nus, et l'univers suivra son cours: de nombreux bébés naîtront en août et en septembre. Décembre est à ma porte. Le volcan menace d'entrer en éruption et de déverser ses torrents de lave sanguine, dégoulinants Décembre est à ma porte. Le rouge des letchis mûrs se mariera à celui des fleurs de flamboyant et les températures monteront jusqu’à des nombres vertigineux qui inspireront sensualité et passion aux réunionnais. Les femmes seront belles dans leur tenus légères aux couleurs chatoyantes, les hommes exhiberont leur musculature sous des marcels moulants ou torses nus, et l’univers suivra son cours : de nombreux bébés naîtront en août et en septembre.
Décembre est à ma porte. Le volcan menace d’entrer en éruption et de déverser ses torrents de lave sanguine, dégoulinants jusqu’à épouser l’eau salée de l’océan dans des nuages de fumées ardentes. Il fera plus chaud encore. Les vêtements tomberont.
Décembre est à ma porte. Demain j’irai sacrifié un épicéa, je le porterai à ma grand-mère et nous le parerons de boules et de guirlandes rouges et blanches pour célébrer le premier Noël de ma cousine.
Rouges seront les habits de fêtes.
Rouges seront les pommettes des jeunes nymphettes.
Alors que j’ouvre les yeux sur toutes les nuances flamboyantes qui m’entourent, je retrouve un instant l’éclat vermeil des jours passés.
Dans le coucher du soleil qui embrase la côte...
Dans l’aura des lanternes qui guident mes pas le soir...
Dans la chaleur suffocante des grands feux de joie autour desquels je danse d’ivresse...
Dans la beauté funeste de la rose qui repose à mon côté...
Je te retrouve!
Je sens à nouveau, glisser entre mes doigts les flammes de ta chevelure.
Je redécouvre contre ma peau l’âpreté de la jungle de ton menton.
Je revois les flammes qui dansaient dans ton regard plongé dans le mien, et le paradis qui s’offrait à moi.
Je me remémore la douceur de tes lèvres cerises, et les bons moment au royaume où nous étions Adam et Éve.

Mais dans mon coeur de glace je revois l’assassin de cet Eden…

]]>
2015-11-27T17:02:00+01:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/L-expression-de-ma-feminite L'expression de ma féminité. J'ai fais un rêve très étrange ce matin. Je portais une robe avec mes Doc's noires. Mes cheveux étaient coiffés. J'avais cessé de dénigrer mon apparence, ou du moins j'avais pris le temps de m'en occuper, et soudain j'avais retrouvé cette même confiance en-moi qui m'animait lors de mon été en France, celle-là même qui attirait le regard d'autrui et me faisait me sentir belle, celle-là même qui avait tant plût à Peter. Vendredi, David et moi on s'est réconciliés sur l'oreiller. Ça faisait longtemps qu'on avait pas fait l'amour ensemble et ça nous a été extrêmement J’ai fais un rêve très étrange ce matin. Je portais une robe avec mes Doc’s noires. Mes cheveux étaient coiffés. J’avais cessé de dénigrer mon apparence, ou du moins j’avais pris le temps de m’en occuper, et soudain j’avais retrouvé cette même confiance en-moi qui m’animait lors de mon été en France, celle-là même qui attirait le regard d’autrui et me faisait me sentir belle, celle-là même qui avait tant plût à Peter.

Vendredi, David et moi on s’est réconciliés sur l’oreiller. Ça faisait longtemps qu’on avait pas fait l’amour ensemble et ça nous a été extrêmement bénéfique. Après les hauts et les bas de ces dernières semaines, on en était arrivés à ne plus se supporter, mais suite à notre petit moment à deux c’était comme si l’amour renaissait entre nous. C’était agréable qu’on soit à nouveau sincère comme avant l’un envers l’autre.

David me regarde à nouveau comme avant et moi je ne fuis plus sous regard. Je me sens un peu plus belle mais pas comme je le voudrais. Quand je me regarde dans la glace, quelque chose me choque dans mon regard, une sorte de lassitude, un spectre qui en voilerait l’éclat. Il n’y a plus rien de désirable dans mon regard, et le regard c’est la clé ! Combien d’homme ai-je charmé en usant que de mon regard ? Mais quelque chose a disparu je crois… Ma passion ! Je n’ai plus envie de rien, je suis blasée.

Peter ne m’a pas écrite depuis plus de deux semaines. J’hésite à lui envoyer un mail mais j’ai peur qu’il réagisse mal. Peut-être ne veut-il plus correspondre avec moi. Peut-être espère-t-il que je l’oublie.

Je me suis remise à regarder des films. Ça m’aide énormément. Je me forge une culture et un avis critique et en prime je dors mieux le soir.
Je rêve.
Je rêve que je suis une jeune nymphette consciente de son pouvoir sur un homme et s’en sers avidement.
Je rêve d’épouser un malfrat et de mourir avec lui.
Je rêve de partir loin, de partir à l’aventure avec un inconnu qui me supplierait de le suivre.
Je rêve de quitter l’école, d’être bonne à tout faire le jour et maîtresse d’un musicien le soir.
Je rêve de partir en cavale pour je ne sais quelle raison, d’être amoureuse à en crever, et de vivre Nom de Dieu!
Je m’imagine déjà actrice, auteure, comédienne, réalisatrice, scénariste, ... artiste quoi...
Je m’imagine souvent, fumant une cigarette, vêtue d’un col roulé noir et d’une jupe en simili' au dessus de bas opaques, dévoilant sensuellement un bout de mon porte-jarretelle.

Je rêve, j’imagine, je pense à, ... et pendant ce temps là je dénigre la réalité. La réalité et moi ça fait deux. On est pas faites pour s’entendre.
La réalité c’est moche, c’est gris, c’est froid et ça manque d’originalité surtout ! Si Dieu existe, il est le pire scénariste qui soit ! La réalité ne me surprend plus. Plus rien ici ne m’attire ou n’attise mon regard.

Je crois que je dépéris.

]]>
2015-11-08T13:58:05+01:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/La-date-de-peremption La date de péremption. Parfois, je pense à comment je vais rompre avec David. Je sais d'ors et déjà que lui et moi avons une fin; je l'ai personnellement décidé. Un jour il faudra bien que ça arrive, parce qu'un jour je partirai de mon île pour retrouver Peter, et ce jour je ne pourrai emporter personne dans mes valises. Je me présenterai seule face à celui que j'aime et lui se sera délaissé du poids de sa copine. Les examens finaux: c'est ça la date butoir. Je le suivrai amoureusement jusqu'à ce qu'il ait son diplôme, je le motiverai, je prendrai soin de lui et ferai en sorte qu'il donne le Parfois, je pense à comment je vais rompre avec David. Je sais d’ors et déjà que lui et moi avons une fin; je l’ai personnellement décidé. Un jour il faudra bien que ça arrive, parce qu’un jour je partirai de mon île pour retrouver Peter, et ce jour je ne pourrai emporter personne dans mes valises. Je me présenterai seule face à celui que j’aime et lui se sera délaissé du poids de sa copine.

Les examens finaux : c’est ça la date butoir. Je le suivrai amoureusement jusqu’à ce qu’il ait son diplôme, je le motiverai, je prendrai soin de lui et ferai en sorte qu’il donne le meilleur de lui même, mais une fois passés les examens, lorsque je saurai qu’il peut enfin s’occuper de lui et être indépendant, alors je le laisserai voler de ses propres ailes… Je lui dirai ,alors, que pour le besoin de mes études je compte m’installer en Europe (ce qui est vrai de toute manière) et que je ne préfère pas qu’il me suive.

Peut-être que nous ne durerons pas jusque là. Je sais que même sans Peter notre relation est vouée à l’échec; David est épuisant à la longue, il demande beaucoup d’énergie, énormément d’investissement dans notre relation et je sais très bien qu’un jour viendra où je n’en aurais plus la force. Si nous venons à nous séparer bien avant les examens, eh bien j’ai déjà prévu de profiter de mon célibat comme il se doit : prendre du temps pour moi, me tourner vers de nouveaux amants,...

Pour le moment, cette date funeste, où tout ce qu’il reste de notre amour mourra, n’est pas encore arrivé. Pour le moment, une part de moi l’aime toujours, alors pour le moment, je profite du temps présent, et j’en profite plus intensément sachant qu’un jour nous périront.

]]>
2015-10-15T17:38:50+02:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/Je-n-ai-plus-le-droit-de-dire-Bonjour Je n'ai plus le droit de dire "Bonjour" J'étais dans les bras de David. Un rouquin est passé près de nous, et ce rouquin je l'ai jadis aimé. Je lui ai fait la bise, il a serré la main de mon fiancé et s'en ai allé. Il y a quelques mois, il aurait sûrement craché à la figure de mon chéri, avant de le démolir. Il y a quelques mois, il avait été fou de rage de me voir avec David après que j'eus rompu, il en était arrivé à le menacer sérieusement. Il y a quelques mois, ça avait été la guerre et moi j'avais pour mission de ramener la paix dans le chaos que j'avais provoqué. A présent, les choses vont J’étais dans les bras de David. Un rouquin est passé près de nous, et ce rouquin je l’ai jadis aimé. Je lui ai fait la bise, il a serré la main de mon fiancé et s’en ai allé. Il y a quelques mois, il aurait sûrement craché à la figure de mon chéri, avant de le démolir. Il y a quelques mois, il avait été fou de rage de me voir avec David après que j’eus rompu, il en était arrivé à le menacer sérieusement. Il y a quelques mois, ça avait été la guerre et moi j’avais pour mission de ramener la paix dans le chaos que j’avais provoqué.
A présent, les choses vont assez bien pour qu’ils se saluent et moi je ne peux que l’observer de loin… Sans aucun désir de revenir à ce qui était entre nous, j’aurais voulu avoir un ami. Maintenant, je ne peux que le regarder et penser à lui, parce qu’il me plaît. Chez lui le plus repoussant avait été sa puanteur, et c’est toujours le cas, mais il avait tout de même tout pour me plaire. David ne se doute bien sûr de rien, tout le monde est même persuader que je n’ai jamais aimé ce lui qui fut mon rouquin métaleux.

Après ça j’étais en retard alors j’ai vite quitté David avant de courir et je ne l’ai revu que deux heures plus tard.

"Alors comment va la traîtresse?"

Il rigolait alors je n’ai pas relevé, je croyais à une plaisanterie. Nous avons couru sous la pluie, nous nous sommes embrassés et j’ai dû partir. Plus tard, un message de lui me parut froid et distant, lorsque je le questionnai, il me reprocha immédiatement ma conduite du jour. J’étais sidérée. J’avais salué quelqu’un qui ne m’avait jamais voulu que du bien et qui avait toujours été gentil et bon avec moi. Je n’avais rien fais de mal, j’avais été polie.
Pendant notre dispute, lâche dispute puisqu’il ne m’insultais que par écrit n’ayant pas le courage de venir me confronter, je n’avais qu’une seule envie : écrire à Peter. David était un enfant. Peter était un homme. Penser à lui me faisait du bien. J’avais envie de lui écrire une longue lettre d’amour enflammée, de m’enfuir, d’aller le rejoindre, de le supplier de m’arracher à ma vie… Je pensais à tout cela et j’ai calmé les choses avec David, j’ai forcé notre réconciliation en me disant qu’écrire à Peter par simple colère envers mon fiancé ce serait trop dégueulasse pour moi. Peter devrait attendre pour avoir de mes nouvelles me disais-je alors, mais le destin, une énième fois dans notre cas, provoqua les choses : Peter devait attendre ? Pas moi ! Alors que mon fiancé s’endort, un message de mon amoureux est arrivé.

]]>
2015-10-05T20:17:00+02:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/Eva-I Éva-I Il y a chez cette fille quelque chose d'attirant, de fascinant. Elle ne le sait probablement pas mais je l'observe. De loin, de très loin, j'apprends à la connaître, je me renseigne sur elle, j'épie sa vie. C'est excitant, elle ne se doute de rien. Aujourd'hui, après avoir pensé à Peter, j'ai longuement pensé à elle et j'ai eu mal pour ça. Lorsque Peter et moi discutons, elle n'existe plus, David non-plus. C'est comme lors de notre rencontre: il ignore tout de mon fiancé et je pense parler à un célibataire. On fait connaissance, on s'amourache l'un de l'autre, on tait les Il y a chez cette fille quelque chose d’attirant, de fascinant. Elle ne le sait probablement pas mais je l’observe. De loin, de très loin, j’apprends à la connaître, je me renseigne sur elle, j’épie sa vie. C’est excitant, elle ne se doute de rien.

Aujourd’hui, après avoir pensé à Peter, j’ai longuement pensé à elle et j’ai eu mal pour ça.

Lorsque Peter et moi discutons, elle n’existe plus, David non-plus. C’est comme lors de notre rencontre : il ignore tout de mon fiancé et je pense parler à un célibataire. On fait connaissance, on s’amourache l’un de l’autre, on tait les engagements qui nous attendent au pays. C’était les vacances, et aujourd’hui encore, les vacances perdurent. Il est retourné auprès d’elle en Belgique. Je suis rentrée auprès de ce fiancé qui se languissait de moi à la Réunion. N’empêche, c’est toujours les vacances dans mon cœur.

Mais à l’instant, j’étais redevenue sérieuse. Peut-être que Peter se trompe. Peut-être qu’un jour il regrettera son choix. Peut-être que Peter crois que je suis celle qu’il lui faut mais qu’il se trompe sur qui je suis et quand il se rendra compte de la supercherie, il sera trop tard et il sera triste. Peut-être que c’est moi qui suis de trop. Je suis de trop, c’est une affirmation, mais peut-être suis-je ce trop destiné à Peter. Peut-être devrais-je lâcher l’affaire.

Ça me fait mal de penser à ça. Moi je ne veut que Peter, lui ne veut que de moi. Mais elle, elle l’aime tant. Elle joue en ligne avec lui et il aime jouer; moi je suis une bleue. Elle lui écrit de longs serment d’amour; ai-je l’air affectueuse à ce point ? Puis-je extérioriser mes sentiments comme elle le fait ? Elle est vivante et joyeuse. Elle est facile à vivre, pas tant que ça mais plus que moi; elle n’a pas ma complexité. Elle est douce et innocente mais blessée et détruite, un oiseau à l’aile blessé, un doux ange déchu; je suis ce feu qui la détruit, je suis la tempête qui ravage tout, je suis l’eau tumultueuse qui vient à bout de la roche. Je suis le feu qui réchauffe, l’arc-en-ciel après la pluie, l’eau salvatrice qui abreuve les assoiffés. Je suis pleins/trop de choses. Elle est simple. Elle est blanche ou noire. Elle, elle est belle.
Tellement belle que ça me ferait mal de voir son beau visage déformé par les larmes et la tristesse après tout le mal que je lui ferai…

]]>
2015-10-01T14:08:00+02:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/La-froideur La froideur. Toute ma famille m'a semblée froide envers David hier soir. Je ne sais s'il a fait mauvaise impression ou si c'est moi qu'on a jugé à mal pour l'avoir invité à un repas familial (ce qui serait un comble; je suis chez moi tout de même). Personne ne lui a adressé la parole, or-mis Grand-mère. Elle l'aime beaucoup je crois, plus qu'elle ne m'aime moi. Moi j'étais contente qu'il soit là; la dengue m'a mise chaos et je me suis reposée un temps sur lui. Première fois que je présente quelqu'un à ma famille. Je m'attendais à mieux de leur part, mais aussi de celle de mon fiancé: lui Toute ma famille m’a semblée froide envers David hier soir. Je ne sais s’il a fait mauvaise impression ou si c’est moi qu’on a jugé à mal pour l’avoir invité à un repas familial (ce qui serait un comble; je suis chez moi tout de même). Personne ne lui a adressé la parole, or-mis Grand-mère. Elle l’aime beaucoup je crois, plus qu’elle ne m’aime moi. Moi j’étais contente qu’il soit là; la dengue m’a mise chaos et je me suis reposée un temps sur lui. Première fois que je présente quelqu’un à ma famille. Je m’attendais à mieux de leur part, mais aussi de celle de mon fiancé : lui non-plus n’était pas loquace.

Je me demande si Peter a déjà présenté quelqu’un à sa famille, s’il leur a déjà présentés Éva.

Une fois tout les invités ayant déserté ma maison je suis directement montée me démaquiller. Maman m’a suivie.

"David vient le 18 ?
-Je sais pas, tout le monde en parlait mais personne ne l’a invité. Je n’ai pas jugé correcte de l’inclure au personne présente au pique-nique sans que vous ne le fassiez. J’avais peur que ce soit impoli de le faire sans votre consentement ou que vous soyez gênés par sa présence.
-Ridicule ! Je l’adore ! On l’emmène avec nous."

Je me suis brossée les dents et me suis couchée. Dans mon rêve, Éva me tuait. Peter me présentait à sa famille. Elle était là, elle était adorée de tous et moi j’étais l’intruse, l’étrangère parmi tout ces Belges. Je n’était rien de bien.

La fièvre était encore sur moi au réveil. Elle me parut plus forte à la vue d’un message de Peter. Je n’y ai toujours pas touché. J’attends, lui m’a bien faite attendre. C’est dimanche j’ai besoin de me détendre; ce soir je lirai, je serai heureuse, je lui écrirai et je pleurerai en me rappelant ma lâcheté.

Le 02 juillet 2015, c’était un jeudi et le premier jour de la Japan Expo. J’ai passé cette journée avec lui. Le matin nous ne connaissions pas et le soir venu nous voulions passer le reste de notre vie ensemble. Il m’a prise dans ses bras et m’a chastement embrassée dans le cou. Nous ne nous revîmes plus jamais.

Des messages, que des mails de lui, un lien entre nous, des promesses d’amour. On vit comme ça. On attend. Un jour viendra où nous pourrons nous donner notre chance. Éva ne sera plus. J’aurai le courage de quitter David et quitterai mon île pour m’envoler vers la métropole. La dernière partie sera la plus facile, je m’applique déjà à n’avoir aucune attache ici, pas d’amis, pas de vie sociale, pas de projet autre que celui de partir. Rien ne me retiendra ici.

]]>
2015-09-27T15:31:00+02:00
https://enviesoudainedecrire.journalintime.com/Peter-I Peter-I Je crois que c'est lui qui me rend malade. 3 semaines sans nouvelles. 2 semaines que j'enchaîne les problèmes de santé. Grippe. Crise d'allergie. Blocage de dos. Angine. Extinction de voix. Et David est là à prendre soin de moi et à me dorloter. Ça fait du bien. C'est fou comme je l'aime. Mais on s'aime comme des ados, on rigole ensemble, on fait l'amour, on prend soin l'un de l'autre, on se taquine,... Parfois on rêve... Il veut m'épouser et me faire pleins de bébés. Je dirai jamais non pour des enfants, mais le mariage, c'est un peu trop exiger de moi. Pourtant je lui avais Je crois que c’est lui qui me rend malade. 3 semaines sans nouvelles. 2 semaines que j’enchaîne les problèmes de santé.
Grippe.
Crise d’allergie.
Blocage de dos.
Angine.
Extinction de voix.

Et David est là à prendre soin de moi et à me dorloter. Ça fait du bien. C’est fou comme je l’aime. Mais on s’aime comme des ados, on rigole ensemble, on fait l’amour, on prend soin l’un de l’autre, on se taquine,...
Parfois on rêve… Il veut m’épouser et me faire pleins de bébés. Je dirai jamais non pour des enfants, mais le mariage, c’est un peu trop exiger de moi. Pourtant je lui avais dit oui, et j’étais sincère, il y a encore quelques temps je l’aurais épousé volontiers et lui aurais offert ma liberté. Finalement, j’ai pas envie. Juste pas envie. Moi, ce que je veux, c’est prendre mon sac à dos, mon stricte nécessaire. Partir. Ne plus revenir. Je ferai le tour de cette planète et ce sera bien, bien mieux que de simplement se marier.
J’ai pas envie de le quitter. J’ai pas envie qu’on se marie. J’ai pas non plus envie de passer l’éternité auprès de lui. Ou peut-être… Disons que je reste et je vois comment vont les choses et ce que me réserve l’avenir. J’avance à petits pas avec lui. Peut-être ferons-nous une longue route.
Et dire que demain je le présente à toute ma famille. Mais ça me fait plaisir, parce que je l’aime.

Éva ne me connaît pas. Éva ne sait pas que je vis à plus de 10 000 km d’elle et que son copain n’attend que que je m’installe à Paris pour la quitter et qu’on se donne une chance. Elle n’a pas idée de mon existence, mais la sienne, telle qu’elle la connaît, dépend de moi. Sur Facebook, elle publie souvent des photos d’elle et Peter et les agrémente de longs textes énamourés dans lesquels elle hurle sa passion pour son homme. Elle expose ses sentiments sans gêne. Je n’aime pas ce genre de fille. Elles parlent en croyant tout savoir. Elles racontent de ces conneries parfois.
Elle, elle pousse même le vice jusqu’à mettre une photo de Peter en couverture, comme si on était pas au courant de leur relation, elle nous le rappelle avec plus de ferveur.
Sauf qu’elle a changé cette photo… Une image de League of Legend l’a remplacée. Sa photo de profil ? Devenue une photo d’elle en tenue de sport. Avant on pouvait la voir sur les genoux de Peter.

Oui, si j’ai eu envie d’écrire ce soir c’est juste parce qu’il semblerait qu’elle ait tiré un trait sur lui. Ça me rend joyeuse. Je me sens un peu moins malade. Ça faisait longtemps qu’il parlait de la quitter…

]]>
2015-09-25T18:58:00+02:00